Prensa

Mar de Grises – Streams Inwards

 

END OF THE YEAR RESULTS

Mindview – writers’ poll Bart van Gheluwe – best album #7

Mindview – writers’ poll Karen Knops – best album #3

Metalstorm.net – Metal Storm Awards „Best Doom Metal Album 2010”

Metalstorm.net – Metal Storm Staff Pick „Best Doom Metal Album 2010”

Rock Hard – Album of the year (François Blanc)

 

BENELUX

 

Reviews

Rock Tribune 90/100 (N°97 July/August)

Aardschok 87/100 soundcheck #16/30 (August)

Mindview 6/7 (N°213 01/09/10)

www.lordsofmetal.nl/showreview.php?id=16985 92/100

www.archaic-magazine.com/article.php?aid=46540

www.metal-nose.org/news.php?item.984.19 9.5/10

 

Interviews

Mindview 5 pages (N°213 01/09/10)

 

Rock Tribune

Mar de Grises

Streams Inwards

Season Of Mist/Bertus

Eén van de doom/death acts die ons de laaste jaren nog het meest tot de verbeelding spraken, was het Chileense Mar De Grises. Hun debuut ‘The Tatterdemalion Express’ was al schitterend, maar opvolger ‘Draining The Waterheart’ was zelfs nog sterker en werd ook live subliem gebracht in het kielzog van Saturnus. Het vijftal uit Santiago De Chile won alras het hart van elke doomfan met hun van duistere schoonheid bulkende composities en stond meteen ook bekend als een act die dan wel alle typische doom/death elementen bezigde, maar tegelijk toch een erg eigen draai aan het subgenre wist te geven. Dat pad wordt op ‘Streams Inwards’ voortgezet en verdomme, dit album slaat weerom de nagel op de kop! De knappe opener ‘Starmaker’ zet meteen de toon met erg heavy, doch melodieuze riffs en de bulderende grunts van toetsenist Juan E., die af en toe middels ingetogen en melancholische zag zijn zachte onderbuik toont. Voor wie graag een vergelijking met andere bands heeft, zouden we Swallow The Sun noemen, met het verschil dat Mar De Grises toch net iets meer de Latino-passie in de schaal gooit. Elke song op dit album balanceert op het scherp van de snede tussen schoonheid en pijn, maar nergens wordt het een seconde melig. Als er één band is die dezer dagen even essentieel is voor de doom/death scene als pakweg My Dying Bride of Anathema dat destijds waren, dan is het toch wel Mar De Grises. En ze mogen dan wel vanuit een verre uithoek van de wereld opereren, ze hebben alles in zich om alsnog de wereld te veroveren. We overdrijven dan ook niet wanneer we stellen dat ‘Streams Inwards’ een doom- meesterwerk is geworden. Morbid Geert 90

 

Aardschok

MAR DE GRISES

Streams Inwards 87

Martijn Busink

Het in 2004 verschenen ‘The Tatterdemalion Express’ was een prima debuut en het land van oorsprong (Chili) was wellicht bijzonder, maar echt niet de meest in het oog springende bijzonderheid. Professioneel klinkende funeral doom die de competitie prima aankon. Hoewel het vijftal er toen al een liberale benadering van het genre op na hield, kun je op hun derde album niet echt meer zeggen dat Mar De Grises doom pur sang is. Daarmee doe je ze tekort, hoewel bijvoorbeeld „A Sea Of Dead Comets” nog steeds voldoet aan de dergelijke verwachtingen. Meestal ligt het tempo echter hoger, al wil dat natuurlijk niet zeggen dat de sfeer er optimistischer op wordt. De gitaarpatronen mogen soms opvallende fris klinken, meestal ligt daar dan toch een slepende en extreme grunt overheen, zodat er een zekere mate van extremiteit gewaarborgd blijft. Verder zijn er elektronische experimenten die, al dan niet als intermezzo of meer ingepast in de metalcomposities, sterk door Ulver lijkt te zijn beïnvloed. Hoewel een zekere experimenteerdrift over het hele album terug te vinden is, wordt er pas echt uitgepakt in de bonus genaamd „Aphelion Aura”, dat overigens doet denken aan later werk van The 3rd & The Mortal.

 

Mindview

MAR DE GRISES*

Streams Inwards

Soms krijg je prachtige releases binnen van een kant die je niet verwachtte. MDG is een band uit Santiago, Chili. Een mens staat er niet altijd bij stil dat er aan de andere kant van de wereld ook doom gemaakt kan worden. De plaat doet muzikaal nog het meest denken aan Agalloch, de doomband uit Oregon. De nummers lopen over van de betoverende gitaarlijnen en de horizonverbredende keyboardlijnen. De muziek is soms speels, maar altijd doorweekt van een zekere tristesse. De nummers hebben één voor één een geweldige opbouw… Nu de band van het Finse undergroundlabel Firebox naar een grotere klepper als SOM is verkast, krijgt de band hopelijk de aandacht die hij verdient. (BVG) GOUD (6/7)

 

Lords of Metal

Mar De Grises – Streams Inwards

doom metal

Mar De Grises – Streams InwardsVera: Het kon niet uitblijven! Na het opzienbarende debuut ‘The Tatterdemalion Express’ (2004) en het nog meer progressieve ‘Draining The Waterheart’ (2008) is de Chileense doomsters van Mar De Grises gesignaleerd en prompt getekend door een groter label. Bij Season Of Mist – het label waar meerdere innovatieve, gewaagde bands hun thuishaven hebben – zitten ze op hun plaats en zal de beklijvende doom metal ongetwijfeld nog meer succes kunnen boeken in heel de wereld. De band toerde, ondanks hun woonplaats “aan het einde van de wereld”, reeds tweemaal in Europa en liet destijds een verpletterende indruk na bij de bezoekers van Doom Shall Rise. Er is immers veel meer aan de hand dan simpele, traag voortschrijdende doom! Het derde album ‘Streams Inwards’ zet het thema van diens illustere voorganger verder, maar in bredere zin. Onze intense emoties vormen een connectie tussen ons nietige wezen en de wereld om ons heen. Er is een verband tussen onze innerlijke gevoelens en het universum; het maakt allemaal deel uit van een eindeloze zee. Dit mag voor sommigen een beetje wazig in de oren klinken, maar de muziek van Mar De Grises heeft dan ook een onwerelds gevoel. Het graaft dieper dan de aardse beslommeringen en – zonder pretentieus over te komen – heeft de raadselachtige betovering van het ongrijpbare. Toch is ‘Streams Inwards’ net iets toegankelijker dan ‘Draining The Waterheart’. De nummers zijn een beetje compacter en men heeft zich soms warempel gehouden aan een strofe/refrein concept. Daardoor is ‘Streams Inwards’ in staat om de naam van Mar De Grises bekend te maken bij een breder publiek. Versta me niet verkeerd, Mar De Grises zal nooit hapklare muziek schrijven. Daarvoor zijn ze te veel de verpersoonlijking van de ruwe natuur. Ongelofelijk ruw het ene moment, zachtjes introspectief in een volgend fragment. De lange songs werken zonder uitzondering met deze contrasten, terwijl zwevende toetsen en sierlijke gitaarornamenten ervoor zorgen dat het melodieus blijft. Toetsenist Juan Escobar kan vocaal bijzonder woest uit de hoek komen, maar beklijft eveneens door zijn breekbare cleane zang. Het strakke ‘The Bell And The Solar Gust’ is het meest toegankelijk, maar daartegenover staan composities als het instrumentale en relatief korte ‘Spectral Ocean’ en ‘A Sea Of Dead Comets’ waar ook licht gespeeld wordt met (gecontroleerde en dus prettige) chaos. Het gelimiteerde digipak bevat de bonustrack ‘Aphelion Aura’ (negen minuten!), waarin zelfs met jazz geflirt wordt en enige vrouwelijke vocalen te horen zijn. Mar De Grises heeft zichzelf overtroffen op ‘Streams Inwards’. Verplichte aanschaf voor elke zichzelf respecterende doomfanaat! Score 92/100

 

Archaic-Magazine.com

MAR DE GRISES (CHI)

STREAMS INWARDS Season Of Mist

Written by Alex on Wednesday 22 September

The opening note of the albums resonates like a magic spell and from then on I am completely entranced: with the spiraling “Starmaker” my spirit plunges into the majestic and turbulent waters of Mar de Grises, sinking deep into the refulgent beauty that it radiates. There are no words to describe the heights that this incredible musical journey offers: it is far beyond cinematic, far beyond pictorial… it is intensely real! Raising the volume to the max and letting go in complete abandonment will take you places you have never been before. It is clear that these phenomenal Chilean artists are completely attuned to the incredibly varied landscapes of their far away land, as they have the uncommon gift to be conveyers of the powerful forces of nature that rule it. It must be noted that this is Mar de Grises 4th album, and their recent leap into stratospheric progressive metal (comprising of hearth-wrenching doom heavily tinged with breathless ambient, beautifully elevated by death metal vocals and a sprinkle of post metal clean singing) is astonishing: these guys are simply grand – Opeth beware! Like their name perfectly suggests, Mar de Grises’ music is as expansive and mysterious as a winter ocean and all explorers of life will find nothing but perfection in these fascinating, exhilarating waters. It is hard to isolate a track above the others, as they are all exceptionally gorgeous; that said, “Knotted Delirium” with its avant-garde intro led by a spectral piano and the soaring melodrama that follows would leave anybody speechless. And for this reason, the following “A Sea of Dead Comets” simply kills you of the sweetest death with its majestic doom: this is where the spirit of Mar de Grises leaves earth to propel itself into the cosmos and eventually melts into its black vastness… Finally, for those going for the digipack option, the superb experimental bonus track slowly moves like an anaconda around the pianoforte and a bed of eerie noises coming from the depths of space and features beautiful ethereal female vocals. This is one of my albums of the year and I am beyond excited to catch Mar de Grises live in Europe soon!

 

Metal-nose.org

MAR DE GRISES: Streams Inwards

Style: doom metal

Review by: Vera

Rating: 9,5/10

Nederlands:

Het kon niet uitblijven! Na het opzienbarende debuut ‘The Tatterdemalion Express’ (2004) en het nog meer progressieve ‘Draining The Waterheart’ (2008) is de Chileense doomsters van Mar De Grises gesignaleerd en prompt getekend door een groter label. Bij Season Of Mist – het label waar meerdere innovatieve, gewaagde bands hun thuishaven hebben – zitten ze op hun plaats en zal de beklijvende doom metal ongetwijfeld nog meer succes kunnen boeken in heel de wereld. De band toerde, ondanks hun woonplaats “aan het einde van de wereld”, reeds tweemaal in Europa en liet destijds een verpletterende indruk na bij de bezoekers van Doom Shall Rise. Er is immers veel meer aan de hand dan simpele, traag voortschrijdende doom! Het derde album ‘Streams Inwards’ zet het thema van diens illustere voorganger verder, maar in bredere zin. Onze intense emoties vormen een connectie tussen ons nietige wezen en de wereld om ons heen. Er is een verband tussen onze innerlijke gevoelens en het universum; het maakt allemaal deel uit van een eindeloze zee. Dit mag voor sommigen een beetje wazig in de oren klinken, maar de muziek van Mar De Grises heeft dan ook een onwerelds gevoel. Het graaft dieper dan de aardse beslommeringen en – zonder pretentieus over te komen – heeft de raadselachtige betovering van het ongrijpbare. Toch is ‘Streams Inwards’ net iets toegankelijker dan ‘Draining The Waterheart’. De nummers zijn een beetje compacter en men heeft zich soms warempel gehouden aan een strofe/refrein concept. Daardoor is ‘Streams Inwards’ in staat om de naam van Mar De Grises bekend te maken bij een breder publiek. Versta me niet verkeerd, Mar De Grises zal nooit hapklare muziek schrijven. Daarvoor zijn ze te veel de verpersoonlijking van de ruwe natuur. Ongelofelijk ruw het ene moment, zachtjes introspectief in een volgend fragment. De lange songs werken zonder uitzondering met deze contrasten, terwijl zwevende toetsen en sierlijke gitaarornamenten ervoor zorgen dat het melodieus blijft. Toetsenist Juan Escobar kan vocaal bijzonder woest uit de hoek komen, maar beklijft eveneens door zijn breekbare cleane zang. Het strakke ‘The Bell And The Solar Gust’ is het meest toegankelijk, maar daartegenover staan composities als het instrumentale en relatief korte ‘Spectral Ocean’ en ‘A Sea Of Dead Comets’ waar ook licht gespeeld wordt met (gecontroleerde en dus prettige) chaos. Het gelimiteerde digipak bevat de bonustrack ‘Aphelion Aura’ (negen minuten!), waarin zelfs met jazz geflirt wordt en enige vrouwelijke vocalen te horen zijn. Mar De Grises heeft zichzelf overtroffen op ‘Streams Inwards’. Verplichte aanschaf voor elke zichzelf respecterende doomfanaat! Geplaatst door Vera op maandag 22 november 2010 – 21:52:09

 

 

CZECH REPUBLIC

Reviews

Parat 2-/5 soundcheck #7/45 (N°36 Oct/Nov)

Srotowisko 9/10 (October)

 

Interviews

Parat 1 ½ page (N°36 Oct/Nov)

 

 

DENMARK

Reviews

Metalized 7/10 (N°70 October 2010)

www.revolution-music.dk/anm.php?alid=3461 3/6

 

Revolution Music

Direkte oversat betyder bandnavnet noget i retning af ”det grå hav”, men da grå er sorgens farve i bandets hjemland, Chile, kan oversættelsen være ”sorgens hav”. Og det ville passe godt til stemningen på bandets 3 album, for den er præget af ret dystre og triste melodier, der stilmæssigt hører hjemme i Doom-genren. Musikken er ikke supertung, som man kender det fra Funeral-stilen; rytmerne er tunge, men det er ikke disse, der sætter det største aftryk på de 9 numre. I stedet arbejdes der mere på at frembringe mørke stemninger, og det må siges at lykkes godt for de 5 musikere. Via guitarmelodier og keyboards får de indhyllet numrene i en dunkel aura, som passer fint til det rytmiske forlæg. Det samme gælder for Juan Escobars vokal, der spænder fra det rene til det dybt growlende. I den sidstnævnte udgave er netop vokalen det voldsomste og mest markante element på albummet – instrumenteringen holder sig på et lidt afdæmpet niveau. Det resulterer i en stil, som ligger i den lettere ende af genren, hvor det stemningsmæssige er i højsædet. Numrene ligner generelt hinanden, men der er et par undtagelser: I ”Knotted Delirium” prøver man sig med lidt skæve klavermelodier, men de virker ikke velanbragte. Det samme gælder for de elektroniske eskapader i slutnummeret, hvor bandet får hjælp af en kvindelig vokal; heller ikke her tilføres noget spænding. Netop manglen på spænding er det største problem ved albummet; stemning og fremførelse fejler ikke noget, men det hele forbliver på overfladen, og kan derfor ikke rigtig begejstre mig.

 

 

FINLAND

 

Reviews

Inferno 4/5 (N°79 September)

Sue 8/10

Miasma 4/20

Imperiumi.net 6.5/10

 

 

France

 

Reviews

Hard Rock mag n°31 octobre 2010 7.5/10

Metallian 4/6 (N°61 October)

Rock Hard (album of the month) 8.5/10 n°102 sept.2010

VS Webzine http://www.vs-webzine.com/new.php

Obskure http://obskure.com/fr/kro_model.php?n_kro=6585

L’autre monde

Rock N Balls http://www.rocknballs.com/?choix=chroniques&id_cd=502&type=

Metalship http://fr.metalship.org/albums/10719-Streams_Inwards

Inwebzine http://www.auxportesdumetal.com/reviews/MarDeGrises/mardegrises-streamsinwards.htmlhttp://www.inwe-b-zine.com/site/message.php?message=2288

Thrashocore http://www.thrashocore.com/chroniques/chronique/3574.html#0

Metal Federation http://www.metal-federation.com/readarticle.php?article_id=551

French Metal http://www.french-metal.com/chroniques/mardegrises.html

Pavillon 666 http://www.pavillon666.fr/chronique-metal-5219.php

Les Autres Mondes http://lesautresmondes.info/index2.php?page=viewautrechronique&num=94

Metal Sickness http://www.metalsickness.com/chronique.php?id_chronique=2191

Progressia http://www.progressia.net/chroniques/2738-mar-de-grises-streams-inward

Les Eternels http://www.leseternels.net/chronique.aspx?id=4241

Music Waves http://www.musicwaves.fr/frmChronique.aspx?PRO_ID=6018

Sinistre blogzine http://sinistreblogzine.com/index.php/2010/09/musique-mar-de-grises-streams-inwards/ – promo not sent

Heavysound http://heavysound.fr/MarDeGrises_StreamsInwards.aspx – promo not sent

Blog Pierre Philippe Hamoir – promo not sent http://pierrephilippehamoir.owni.fr/2010/08/25/chronique-mar-de-grises-%E2%80%93-streams-inwards/

Soilchronicles http://www.soilchronicles.fr/chroniques/mar-de-grises-streams-inwards

Ultrarock http://ultrarock.free.fr/chroniques2010/mar_de_grises_10.htm

Kaosguards http://www.kaosguards.com/content/view/4760/1/

L’Autre Monde http://lautremonde.radio.free.fr/chroniquescd.php?id=637

 

Interviews

Hard Rock mag 1 page n°31 octobre 2010

Rock Hard 2 pages n°103 octobre 2010

Metallian 1/2 page n°61 septembre 2010

VS Webzine http://www.vs-webzine.com/new.php (hero of the day 13/10/2010)

Obskure

L’autre monde

Inwebzine

Rock N Balls http://www.rocknballs.com/interview-mar-de-grises_2011-01-30

Pavillon 666

Les Autres Mondes http://lesautresmondes.info/index2.php?page=viewinterview&num=48

Les Acteurs de l’Ombre http://lesacteursdelombre.net/webzine/index.php?option=com_content&view=article&id=6579:mar-de-grises-entretien-avec-rodrigo-morris-guitare&catid=6:itw-death&Itemid=26

Thrashocore http://www.thrashocore.com/interviews/interview/291-mar-de-grises-pour-l-album-streams-inwards-2010-interview.html

 

Live reports

http://www.metalsickness.com/live_reports.php?id_review=899

 

Advertisement

Metallian ½ page (N°61 October)

 

Inwebzine

Mar De Grises, groupe de Doom/Death Metal, a été fondé au Chili en 2000. Après avoir enregistré une démo en 2002, il a sorti deux albums (The Tatterdemalion Express, en 2004 et Draining the Waterheart en 2008), puis un EP en 2009 (First River Regards). On notera que le groupe a quitté Firebox (label basé en Finlande) et que Streams Inwards, troisième opus de la formation, est le premier enregistré chez Season Of Mist. J’indique d’emblée avoir beaucoup apprécié cet album dès la première écoute…ce qui a été confirmé par les suivantes ! Mar De Grises nous propose un voyage incluant des tempi peu véloces (propres au Doom), au service d’une musique riche, variée et plutôt accessible du fait de l’aspect très mélodique de l’ensemble. Agrémenté d’une excellente production, faisant parfaitement ressortir les divers instruments, Streams Inwards a donc de nombreux arguments pour plaire ! Nous évoluons dans des eaux sombres, bordées d’éléments Heavy et atmosphériques, mélancoliques, que les vocaux écorchés et clairs (très réussis) viennent magnifier. Si les guitares sont évidemment fondamentales dans la musique de Mar De Grises, il ne faut pas oublier les claviers, très précieux dans le cadre du développement des ambiances. Mar De Grises nous propose des compositions très travaillées, qui se révèlent fascinantes. L’écoute des trois premiers titres est un pur moment de bonheur, ils sont denses, variés, intenses, d’une efficacité incontestable, avec comme point culminant le long (plus de onze minutes) et fantastique The Bell And The Solar Gust. Puis arrive Spectral Ocean, qui s’oriente vers un trip ambiant, un peu Electro, sans vocaux (on retrouvera d’ailleurs ce type de composition en fin d’album, avec Aphelion Aura et ses neuf minutes, avec toutefois en plus l’apport d’agréables vocaux féminins). En dehors de Sensing The New Orbit, titre plutôt dans la lignée des trois merveilles de début d’album, le groupe développe bien plus sa fibre atmosphérique dans ses autres morceaux, avec notamment de nombreux passages planants. Peut-être est-ce un peu moins accrocheur mais, rassurez-vous, la qualité est toujours présente et l’album demeure fortement intéressant. Streams Inwards est donc un album particulièrement diversifié, incluant en particulier trois titres somptueux qui s’avèrent être d’incontestables pièces maîtresses du genre. J’avoue un peu regretter que la suite ne soit pas tout à fait du même acabit, mais cela ne m’empêche pas d’aimer cet album dans son ensemble, pour l’inspiration omniprésente et ses ambiances superbement développées…et de vous le recommander !16/20

 

Thrashocore

Lorsque l’on sort deux albums aussi exceptionnels l’un que l’autre, il y a de quoi avoir une certaine pression sur les épaules. Surtout qu’en seulement 2 albums, les chiliens sont parvenus à s’imposer comme une des figures montantes du doom/death en proposant une musique riche et puissante, empruntes de nombreuses influences. On attendait donc Mar de Grises au tournant pour ce troisième album au visuel pour le moins surprenant qu’on le jurerait sorti d’un délire de Kubrick. Mais soyez rassurés car à l’intérieur, ce sont les mêmes démons qui hantent les paysages de leur musique, la panoplie complète du parfait petit broyeur de noir. Si jusqu’à maintenant Mar de Grises se cherchait, il semblerait que “Streams Inwards” marque une étape décisive dans l’évolution de leur style. “Draining The Waterheart” naviguait dans différentes eaux, s’inspirant grandement de la scène doom/death scandinave (Slumber, Swallow The Sun, Saturnus, …) mais également de groupes plus progressifs tels que Opeth. Sur ce troisième album, le groupe a fait un choix et se tourne désormais complètement vers un doom/death ultra mélodique, plus accessible, plus évident et surtout moins confus et planant, appuyés par une production beaucoup plus claire et précise qu’auparavant. Les trois premiers titres “Starmaker”, “Shining Human Skin” et “The Bell and the Solar Gust” auxquels j’ajouterai “Sensing the New Orbit” font partie des plus belles pièces de doom/death qu’il m’ait été donné d’entendre ces dernières années. Le travail de composition est impressionnant et d’une richesse déconcertante : le groupe est parvenu à trouver l’équilibre parfait entre la puissance et la lourdeur de ses rythmiques d’une part, et la beauté de ses mélodies et de ses atmosphères d’autre part. Bien que leur musique soit principalement basée sur les guitares, il serait injuste d’occulter le rôle des claviers qui font selon moi, partie des piliers de l’identité de cette formation : leur tonalité froide et futuriste apporte à “Streams Inwards” cette dimension galactique qui donne tout son sens aux paroles et à l’artwork. Et tant qu’à évoquer l’importance des claviers de Juan, autant enchaîner directement sur son chant, enfin pleinement libéré. Alors qu’on avait simplement entre-aperçu un semblant de chant clair sur le précédent album, le pas a été franchi et cette composante fait désormais partie intégrante du style. Utilisé avec parcimonie aux côtés des hurlements, ses apparitions font mouche quasi-systématiquement, à l’image du fantastique refrain de “Shining Human Skin”. Et pour terminer sur cette première partie d’album, j’ai été également agréablement surpris par la présence de solos de guitare, courts, simples mais très bien sentis (comme tout le reste d’ailleurs). Ce qui est assez étrange sur ce troisième album, c’est la tournure qu’il prend à partir de “Catatonic North”. Le groupe délaisse les hymnes doom/death et nous délivre des compositions plus lourdes, plus calmes, plus planantes voir psychédéliques (“Knotted Delirium”). Les morceaux s’étalent et dépassent les 7 minutes tout en suscitant la curiosité car contrairement à la première partie de l’album, ils portent des ambiances plus noires et semblent totalement imprévisibles. La coupure est brutale mais propose une fin plutôt intéressante à défaut d’être aussi passionnante que le début. Etrange également cette bonus track (“Aphelion Aura”) qui aurait dû être intégrée à l’album selon moi tant elle s’apparente à la conclusion parfaite de ce voyage aux confins de l’univers, sorte de trip-rock électro expérimental me faisant penser au très bon premier album de Star Of Ash. Enfin quand je vous parle de voyage, n’allez pas croire que cet album s’apparente à une visite bucolique de la voie lactée. Les paysages galactiques dépeints durant ses 50 minutes évoquent plutôt la solitude et la détresse d’une personne perdue dans cette immensité, une douleur profonde et silencieuse qui n’a aucune issue. Ce troisième opus témoigne une fois de plus de l’incontestable talent des chiliens qui ajoutent un nouveau chef-d’oeuvre à leur discographie. “Streams Inwards” vous bouleversera, vous hantera et vous retournera à chaque fois que vous l’écouterez, sa beauté n’ayant d’égal que la souffrance qu’il renferme. 9/10

 

Metal Fédération

C’est en 2000, à Santiago du Chili que Mar De Grises voit le jour. Après deux galettes plutôt discrètes (The Tatterdemalion Express et Draining the Waterheart), le groupe décroche un deal avec Season of mist et sort un Streams Inwards qui pourrait lui faire passer un cap. Jeu des étiquettes oblige, on parlera ici de doom mais, plus qu’un style, c’est une couleur dominante. En effet, la lenteur est omniprésente donc on dit “doom”, mais celui-ci a bouffé et digéré pas mal de choses trouvées à droite à gauche, ce qui rend cet album particulièrement riche et accessible. La promo met en avant les origines des musiciens et, par là même, en réfère aux volcans, à l’ultra sec désert Atacama, aux Andes, à l’Antarctique ou carrément aux côtes du Pacifique… Le dépaysement est annoncé en cette période de vacances. Le son de cet album est propre et même à la limite du propret pour une musique qui se veut assez sombre. Ça pourrait presque sembler creux, mais chaque instrument, dans son domaine, propose son lot d’agrémentations et d’arrangements qui étoffent les titres et remplissent l’espace. Les tempos sont plutôt bas, bien sûr, mais nous ne somme pas là dans l’extrême lenteur, parfois rédhibitoire, où évoluent certaines formations comme Tristitia ou Witchsorrow. Voilà qui va permettre de plaire à pas mal de monde. Venons en au style : une voix typée black, des thèmes très heavy et une voix claire qui envoie. Mais aussi, des mélodies qui frisent la pop comme sur les premières mesures de “Catatonic North”. Pas d’extrémité, pas de crasse et un pot-pourri d’influences équilibrées et bien assimilées… C’est très vendeur comme tableau, mais n’allez pas croire que les qualités de Mar De Grises ne reposent que sur la modération car, dans ce cas, Streams Inwards serait plutôt pourri. Alors que, à l’exception de sa pochette qui ne casse pas des briques, c’est un sacré bon album. En effet, même si le consensuel n’est pas toujours très loin, l’ensemble est très bien agencé et construit. On apprécie la qualité des compositions et l’exécution. Le groupe respecte les règles harmoniques, rien ne vient agresser l’oreille, aucune partie ne grince et les titres sont fluides et équilibrés. “Spectral Ocean” est atmosphérique et planante, “Knotted Delirium” propose une montée en puissance, une tension qui s’installe jusqu’à l’éruption finale, “The Bell and The Solar Gust” est un bon condensé avec un départ très engageant, des breaks pertinents, des rythmiques bien foutues et une fin typiquement heavy. Enfin, en bonus pour les heureux détenteurs du digipack, “Aphelion Aura” termine l’album avec sa voix féminine, ses boucles et des sons electro… Récapitulons : tempo modéré, variété des styles, production calibrée… finalement la seule chose qui ne soit pas moyenne sur Streams Inwards c’est la qualité.

 

French Metal

Après l’album “Draining the Waterheart”, reconnu par la presse et un contrat chez Season Of Mist, Mar De Grises sort son troisième album nommé “Streams Inwards”. Poursuivant dans la veine doom atmosphérique, l’album nous offre huit titres ainsi qu’un bonus pour environ une heure d’écoute. Autant dire que les morceaux sont longs. Le premier titre “Starmaker” donne le ton. Tempo lent, mélodie lancinante, ambiance à la fois lourde et planante, voix agressive, tel est le son de Mar De Grises. Cette formule sera reprise dans la plupart des morceaux de l’album. Le deuxième titre continue dans la même voie que le premier. “The Bell And The Solar Gust” commence par un tempo plus rapide et des mélodies qui pourraient rappeler Summoning période “Stronghold”. “Spectral Ocean” est une courte instrumentale où se croisent quelques notes de guitares à des sons plus synthétiques, afin de calmer le jeu et de rajouter une couche à cette atmosphère déjà si torturée. Les titres s’enchaînent dans la même veine jusqu’au huitième et dernier titre “officiel” nommé “A Sea Of Dead Comets”, très aérien qui clôture comme il se doit cet album. Nous retrouvons ensuite un bonus, “Aphelion Aura”, qui est un titre très ambiant avec une voix féminine qui ressemble beaucoup à la chanteuse de Massive Attack. Sur ce titre, le groupe se permet des expérimentations très intéressantes comme a pu le faire My Dying Bride sur “34.788% Complete”. Un morceau très interessant. Pour résumer, Mar De Grises fait un sans faute (mis à part la pochette plutôt affreuse) avec cet album à la fois, frais, puissant, massif et léger (oui c’est très paradoxal). Si vous aimez Shape Of Despair, foncez, vous ne serez pas déçus. 18/20

 

Pavillon 666

On peut dire que je l’attendais avec impatience celui là. J’étais tombé sous le charme du groupe chilien en 2008 avec leur deuxième album, le sensationnel “Draining the waterheart”, leur offrant même mon coup de cœur du moment. Deux ans plus tard et une signature chez Season of mist, j’attendais de pouvoir mettre le grappin sur cette chronique comme un gamin qui attend de prendre le père Noêl dans un piège à renard… C’est donc tout fébrile que j’insérai délicatement le CD dans ma platine fraichement dépoussiérée par mes soins (Madame s’étant vu interdit le contact physique avec mon équipement HIFI), me remémorant avec émotion cette ambiance unique, pesante et vaporeuse qui m’avait transporté il y a deux ans et espérant prendre une seconde gifle encore plus violente. Je préparai donc optimiste mon deuxième coup de coeur pour Mar de grises quand « Starmaker » débuta… Et après les trois premiers titres, à savoir « Starmaker », « Shining human skin » et « The bell and the solar gust », je dû me rendre à l’évidence: Mar de grises a évolué. « Streams inwards » ne possède plus l’ambiance aqueuse d’antan, mais se fait plus rugueux, plus désertique. La production se veut propre, puissante, presque trop lisse. Je retrouve ses rythmes lourd et ce grain de guitare particulier, ces claviers oniriques qui habillent si bien la musique et ces références jazzy discrètes. On sent que Mar de grises a changé sa façon d’appréhender sa musique. Les structures sont moins dissolues qu’auparavant, ils vont désormais à l’essentiel en épurant les morceaux, quitte à paraître trop immédiats. On devine sur ces trois titres une volonté de rendre leur musique plus accessible, moins complexe et atmosphérique mais plus efficace. Les vocaux aussi on subit un petit lifting, la voix principale se fait moins gutturale mais plus écorchée, me rappelant les finlandais de Ghost brigade (à y bien réfléchir, l’ambiance et la recherche mélodique présente de nombreux points commun entre ces deux groupes) et un chant clair réussi se fait plus présent. Mon Mar de grises n’est plus, c’est la douche froide. A ce stade (seulement trois titres), ma chro est bouclée, je vais les “pourrir”. D’autant que « Spectral ocean » n’est autre qu’une resucée de « Fantasia » du précédent album, mêmes arpèges légers et même bruitages synthétiques. Filous, va! « Sensing the new orbit » reprend le nouveau style des trois titres d’ouvertures avec ce chant clair plus présent. Cette première écoute est bien douloureuse pour moi. Mais « Catatonic north » arrive et là, changement de décor. S’ouvrant sur des notes douces et une batterie fluette, le chant susurre, Mar de grises plane… et explose toute sa mélancolie dans un bouillon doom avant que la douceur ne revienne. Les deux titres suivants se veulent également plus aventureux, plus tortueux et jouant avec les atmosphères, aux arrangements riches, notamment aux claviers très spatiaux pour l’occasion. Pour les heureux possesseurs de la version digipack, l’album se clôturera sur un bonus track surprenant « Aphelion aura », voyage trip-rock expérimental avec l’apparition d’un chant féminin rappelant The gathering (époque « Souvenirs ») ou The cardigans. Alors, verdict? Les premières écoutes furent certes pleines de désillusions pour moi, ne me retrouvant pas totalement dans cette nouvelle mouture de Mar de grises à la fois plus accessible et plus aventureuse. Mais au fil des écoutes, le coté catchy de cet album prend le dessus et les magnifiques mélodies empreignent la mémoire. Alors, si l’ambiance éthérée qui m’avait si fortement marqué s’est faite plus opaque pour ce millésime, j’avoue qu’elle s’immisce peu à peu dans le subconscient. Et finalement, ce « Streams inwards » que j’avais au premier abord mal jugé deviendra peut être un disque référentiel. Dans tous les cas, j’attends désormais le prochain avec impatience même si ce n’est plus pour la même raison. J’aurai voulu parler de chef d’oeuvre pour ce nouvel opus des chiliens, mais il m’apparait plutôt comme un album de transition entre un jeune groupe aux idées encore embrouillées et une valeur sure maître de son propre style. « Streams inwards » malgré ses atours accrocheurs n’est pas un album facile, surtout dans sa seconde moitié mais la beauté des sentiments et l’ambiance pesante feront chavirer les amateurs de froides sensations.

07.5/10

 

Obskure

Plébiscité autant par le public que par la presse spécialisée, Mar De Grises peut se targuer d’être qualitativement irréprochable. On se souviendra longtemps d’œuvres telles “Draining The Watherheart” et “The Tatterdemalion Express”. Même si la musique est l’art de l’instant, ces pièces s’inscrivent dans le temps et apparaissent aujourd’hui comme des références incontournables. La formule est simple en apparence mais convoque la plus grande attention : une musique progressive, parfois alambiquée, multidirectionnelle mais d’une teneur émotionnelle décisive. Suivant chronologiquement de très près la sortie de leurs anciens travaux réédités pour l’occasion (“First River Regards”), “Streams Inwards”, troisième album des Chiliens, semble être celui de la mutation. En effet, on note immédiatement un changement notoire de direction artistique. Le fond reste inchangé mais les formes paraissent plus lisses, moins abrasives et moins austères. Néanmoins, les qualités intrinsèques au groupe demeurent inaltérables, immuables… cette puissance souterraine Doom / Death, ce songwriting précieux et ces sombres intentions ne manquent pas de produire un effet considérable ! Musicalement, on ne manquera pas d’associer cette expression artistique à celle de Daylight Dies ou dans une moindre mesure à celle de My Dying Bride période “The Dreadful Hours” (le fabuleux “The Bell and the solar Gust”). Aussi, les accointances avec The Third And The Mortal sont évidentes sur “Aphelion Aura” (un titre aventureux et à la noirceur troublante) et on reconnaitra sans peine Swallow The Sun sur “Shining Human Skin” et “Catatonic North”(la ligne mélodique et la construction du morceau en sont la preuve). Il est manifeste que toutes ces connexions avec les groupes précités ont pour incidence d’enlever ce caractère atypique et cette aura mystérieuse qui planaient au dessus du groupe chilien. Pour autant, Mar De Grises demeure une formation qualitativement bien au-dessus de la masse et cet album mérite un accueil enthousiaste. Malgré cette impression de “convenu” et de “déjà entendu”, le frisson domine l’écoute (le piano fantomatique de “Knotted Delirium” et le somptueux final chaotique de “A Sea of dead Comets”) ; neufs titres et autant de perles sombres et délectables. Aucun reproche ne peut être ouvertement formulé : chant clair juste et pertinent, production appropriée, ambiances soigneusement travaillées, une guitare lead s’envolant souvent vers des cimes de beauté (“Sensing the new Orbit”) et une petite touche magique pour rendre l’ensemble très attractif (ça s’appelle le talent). “Streams Inwards” est un disque trivial mais ne manquant aucunement de passion et de force persuasive. Le talent est omniprésent, les moments forts sont nombreux et les compositions tutoient des sommets en matière d’art sombre. Malgré certaines exigences non atteintes, la finalité se présente comme étant un des disques les plus attachants de cette année. Dont acte. 78%

 

Rock N Balls

Le parcours des Chiliens de Mar de Grises était déjà un sans-faute jusqu’à aujourd’hui, avec deux premières réalisations extrêmement prometteuses (The Tatterdemalion Express en 2004 et Draining the Waterheart en 2008). Cette année, la formation doom/death a clairement franchi un pas décisif, à tel point que ce Streams Inwards est assurément un des grands crus de l’année. De particulier, Mar de Grises n’a pas que la nationalité. Epousant la lenteur et la mélancolie du doom mais non son caractère épique, pratiquant le death mais se désintéressant de la démonstration technique et de la brutalité, les Chiliens aiment brouiller les pistes. Très intéressant car original, le groupe déploie sur son troisième opus un style personnel, désormais arrivé à une maturité exemplaire. « Starmaker » et « Shining Human Skin », qui inaugurent ce très bel album, prouvent admirablement l’énorme talent de Mar de Grises. Avec ces deux titres, nous sommes plongés dans une sorte de langueur mélancolique dont la profondeur de style et de son ne peuvent laisser indifférent. En outre, les compositions se basent sur des « thèmes » sonores qui constituent aussi bien un fil rouge qu’une accroche, un repère. Malgré la lenteur et la répétitivité, qui font partie intégrante du style du groupe, il est impossible de s’ennuyer tant la musique est profonde et grave, tout en déployant une espèce de détachement proche de l’onirisme. Sans jamais céder aux tentations du désespoir, de l’affrontement ou du monolithique, la musique de Mar de Grises n’en demeure pas moins intense de bout en bout. Et la voix death de Juan Escobar, qui n’hésite pas non plus à faire quelques incursions en clair, participe pleinement à l’expérience immersive. « Sensing the New Orbit » dévoile un autre aspect de la musique des Chiliens, tout aussi intéressante. La musique s’y révèle sous forme de clair/obscur, de basculements de moments doux et languissants vers des chocs durs qui ne cèdent jamais à la facilité de l’explosion, tout se fait toujours avec une finesse rare. D’autres titres adoptent plus volontiers les codes du doom (« Catatonic North », « A Sea of Dead Comets »), cette lenteur et ces accents durs et traînants. Mais les Chiliens ne font jamais qu’emprunter quelques éléments à un style sans s’y engager pleinement. La grâce est définitivement atteinte sur « Knotted Delirium ». Rarement un texte promotionnel d’album aura-t-il autant correspondu à sa musique qu’au regard de ce titre. En effet, le groupe et sa maison de disques n’ont pas hésité à dresser une comparaison entre la musique et le pays dont Mar de Grises est originaire. Cela paraît louangeur et faussement poétique, du moins jusqu’à-ce qu’on entende « Knotted Delirium ». Ce titre nous fait voyager de la majesté terrifiante des Andes jusqu’aux vents brutaux et à la glace hostile de la Patagonie, en passant par le désert d’Atacama et la ceinture de feu du Pacifique. Le Chili, tout comme ce titre, est traversé de climats changeants et extrêmes. Cela parait abusif jusqu’à-ce qu’on fasse l’expérience de ce morceau. Plus qu’une prouesse de la part de ce groupe, un vrai chef-d’œuvre… Enfin, je m’en voudrais de ne pas évoquer le morceau bonus de Streams Inwards, tant celui-ci est tout aussi marquant que les autres. Loin de n’être qu’une chute de studio, « Aphelion Aura » (9 minutes, quand même) tranche radicalement avec le reste de l’album avec ses sons électroniques, son ambiance éthérée et ses voix féminines. Quel titre étrange, mais quelle grande réussite ! Décidément, même dans un univers où on ne les attend pas, ces Chiliens sont aussi convaincants qu’étonnants. Courez vite découvrir cet album et ce groupe !

 

Les Autres Mondes

Forts du succès mérité qui a suivi la sortie de “Draining the Waterheart”, les Chiliens de Mar De Grises reviennent avec un nouvel album intitulé “Streams Inwards”, sur le label franco-américain Season Of Mist. Le post-doom-metal du groupe fait une fois de plus figure de proue parmi les sorties récentes de cette année. Derrière une pochette sur laquelle les motifs nous entrainent dans une spirale sans fin, se cache un CD qui, une fois inséré dans la platine, réveillera des angoisses profondément enfouies en chacun de nous. Nous avons à faire face à un funeral-doom puissant, solennel, lent et dépressif. Vous me direz qu’il s’agit de l’essence même de ce style musical… Certes. Mais Mar De Grises sort son épingle du jeu en variant énormément les compositions, en changeant de rythme, de type de chant, et en utilisant des instruments supplémentaires (piano, clavier) pour renforcer l’aspect dramatique des mélodies. Juan Escobar, au chant, crie rage et désespoir, en voix claire ou bien death, et parfois murmurée, comme s’il confiait un secret à l’auditeur. Les guitares sont lourdes et pesantes, sans non plus être assommantes. La batterie cogne, de manière plus ou moins rythmée, selon ce que veut exprimer la chanson. Le gris, la solitude, le froid et les ténèbres refont surface à chaque nouveau morceau. On note une voix féminine sur le titre “Aphelion Aura”, morceau bonus sur la version limitée digipack de l’album. Cette voix vient apporter une petite touche éthérée, comme si nous flottions dans les limbes du néant. La production est soignée, la qualité sonore est excellente. Installez-vous confortablement, fermez les yeux et écoutez “Streams Inwards”, laissez-vous emporter dans le monde de Mar De Grises.

 

VS Webzine

Ils étaient minces, ils étaient beaux, ils sentaient bon le sable chaud… my Chilean Doomsters! La tentation est grande de limiter cette chronique à un retentissant « YIP-PEE! » mais cela manquerait singulièrement de sérieux. Il faut dire que l’attente fut longue et enfiévrée jusqu’à la sortie de ce troisième album de MAR DE GRISES. Pourtant deux années seulement nous séparent de « Draining the waterheart » qui offrait autant de promesses que d’incertitudes aux amateurs de doom racé. Suivra une petite réédition peu convaincante – “First river regards” – pour clore l’aventure avec Firebox puis la signature encourageante chez Saison des brumes. Et là, en ce trentième jour du mois de l’empereur Auguste, « Streams Inwards » jaillit de vos enceintes préférées comme un diable hors de son digipack (sic). « Surprise! » semble nous dire le groupe de Santiago tant l’évolution est de taille. Subtile, mais essentielle. Au terme d’une lente gestation, le son de MAR DE GRISES semble s’être débarrassé de toutes ses scories, d’une lourdeur superflue qui entravait les élans lyriques du groupe. Un processus d’épuration qui rend ce disque plus accessible que son prédécesseur ; la clarté éclot de l’intelligence sensible qui baigne les compositions.  En rupture avec le doom/death tel qu’on peut le pratiquer en Scandinavie ou au Royaume-Uni, la musique des Chiliens se découvre nettement moins sépulcrale, baignée d’un romantisme fait de détachement et de spiritualité. « Streams Inwards » assume le contraste le plus vif, entre l’ancrage tellurique d’une section rythmique chthonienne et l’ascension céleste de mélodies en partance pour Alpha du Centaure. Dès lors, se dessine avec ce nouvel album les contours d’un univers metal typiquement sud-américain, une identité musicale liée à la topographie du territoire, faite de tous les extrêmes. Si MY DYING BRIDE se nourrit de romantisme victorien ou SWALLOW THE SUN de la désolation des glaciers nordiques, MAR DE GRISES cultive quelque chose de beaucoup plus solaire, un hommage féroce à la Vie, dans sa puissance et sa complexité. « Streams Inwards » voudrait nous renvoyer vers nos « Courants Intérieurs », pourtant c’est vers les confins de l’espace que les huit titres de l’album nous expédient. Sauf à considérer une spatialisation infinie de nos sphères les plus intimes. Un peu des deux sans doutes. L’artwork de l’album irait presque dans ce sens, tant son illustration renvoie vers un trou noir, un Mandala, une géante rouge, quelques notes de musique perdues dans la naissance d’une étoile. L’album suit toutefois un étrange cheminement. Les trois premiers titres semblent issus du même moule, et propulsent immédiatement l’auditeur en orbite. En dépit d’une certaine redondance, ces morceaux synthétisent l’imparable efficacité du song-writing du groupe. On enchaîne curieusement avec une piste d’ambiant aussi minimaliste qu’inutile, comme s’il était nécessaire de laisser retomber l’intensité avant la suite. Puis, en position géostationnaire autour d’une exoplanète inconnue, la seconde partie de « Streams Inwards » se veut plus posée, portée vers l’introspection. Juan Escobar montre alors la mesure de son incroyable talent en déployant toutes les facettes de son chant, tantôt écorché, avant de plonger dans la limpidité, tantôt éructé, retombant dans un souffle. Les derniers titres sont définitivement moins tape-à-l’œil, porteurs de nuances délicates, presque décevants après la véhémence du début de l’album. On a même droit à un « Knotted delirium » qui tend vers l’abstraction, une expérience jouissive qui étire des notes isolées vers le lointain, se déploie sur une boucle de sons électroniques, rebondit sur des accords lâchés de nulle part et s’achève sur une fin qui ne conclut rien. Un morceau réjouissant car imprévisible qui se permet de revisiter un genre parfois trop codifié. Dernière interrogation avec le titre bonus qui développe une atmosphère étrange, parfaite pour un atterrissage en douceur. Un choix de track-list curieux qui mettra certains auditeurs en présence d’un album à l’équilibre plus précaire, aussi anecdotique que cela paraisse. 16/20

 

Metal Sickness

Parfois, une pensée effrayante lacère mes nuits et me tient éveillé des heures, hagard, les yeux rouges et humides : quand je serai vieux, André Rieu sera mort. Mes années au mouroir ne seront pas ponctuées des salvatrices sorties en car au parc des expos pour aller voir (et entendre !) “Croisière Romantique” ou encore la fabuleuse reprise de “The Earth Song” avec son immense chœur d’angelots mignons tout plein à faire bander un car de détenus belges. Jamais je ne verrai la chevelure soyeuse du maître hollandais flotter aux vents tempétueux de ses envolées lyriques, son faciès soigné de jeune-vieux simuler la passion lorsqu’il embarque l’audience dans les passages les plus tourmentés de Richard Strauss.

André “evil madness of sorrow” Rieu – Life is fukin’ Beautiful

Soudain un disque arrive, un disque sublime miroitant toutes les couleurs de la passion et mes nuits retrouvent la quiétude de jadis, je dors en ronflant, je vote pour Marine, Nagui est drôle, tout va bien. Ce disque, c’est le troisième album de Mar de Grises, combo chilien qui remplira à coup sûr les stades lors des tournées “âge tendre” des années 2040. La première piste au nom pas pompier pour un sous de “Starmaker” nous plonge direct dans le gothic metal progressif plein de roses noires, de corbaks et de nanas en robe dans la forêt. Riffs pompeux, nappes de violons synthétiques, voix death poussive, a priori c’est mal barré mais dès le premier break de la deuxième piste on minore ses sarcasmes car plusieurs (bons) groupes nous viennent à l’esprit. La variété des feeling et l’ambiance globale rappellent un Opeth qui aurait troqué ses guitares doom contre un peu de joie de vivre, Enslaved n’est pas bien loin non plus, Mar de Grises marie finalement avec tout autant de succès atmosphère mélancolique et instrumentation metal traditionnelle. Difficile aussi de ne pas penser aux signatures qui ont fait la gloire de Peaceville Records dans l’temps. Comme leurs cousins anglais, My Dying Bride et Anathema en tête, les Chiliens cultivent le sens de la petite mélodie mineure qui vient te titiller la prostate ( “Sensing The New Orbit”, “Catatonic North”, “A Sea Of Dead Comets”) à grand renfort d’harmonies de gratte taillées dans un vitrail pour scarifier ton âme de fiotte refoulée. Si on avait un cœur, on en chialerait. Avec un titre d’ouverture qui trompe un peu son monde et des morceaux assez long, plusieurs écoutes seront nécessaires pour dompter les remous de ce “Streams Inwards”. Une fois les repères trouvés, on évoluera avec délice dans les limbes glacées de cet album intriguant, pluriel dans son ambiance et maîtrisé de bout en bout. On regrette parfois que le chant lorgne trop systématiquement du côté du metal extrême, Juan ne déméritant vraiment pas dans un registre clair qui gagnerait à être développé. C’est curieusement la deuxième partie de l’album qui mérite qu’on charge le tout sur l’Ipod, les clavier se réveillent un peu et nimbent le metal de MDG d’une aura glacée (“Knotted Delirium” et son final dantesque qui annihile la guimauve des trois premiers titres), les parties de piano achèvent de nous plonger dans un bain d’azote liquide au milieu des volcans du désert chilien. Le voyage se termine sur un long titre bonus qui détonne par son chant féminin évoquant une chute studio de “Souvenirs” de The Gathering ; une ligne de piano seul prend le relai, hantée par les “Gnossienne” de Satie, pour laisser la place à un final magmatique, vaporeux et résolument doom avant que le tout ne s’évapore comme si tout ça n’était qu’un rêve. Vous l’avez compris, rendu à ce stade on fait nettement moins le malin qu’au début et c’est la grande force de cet album : on le conquiert peu à peu, pas à pas, charmé par sa complexité même si par certains aspect il reste un album quand même un peu kitsch, il n’en demeure pas moins un objet passionnant qui donnera quelques heures de kiffance aux amateurs bon metal gothique et progressif. 16/20

 

Progressia

Formée en 2000 et officiant dans un registre doom / death mélodique et ténébreux, cette formation chilienne est déjà auteure d’un EP et de deux albums, dont Draining the Watermark (2008) qui a pu obtenir une reconnaissance internationale certaine. Il y a fort à parier, grâce à la signature chez Season of Mist, que Streams Inwards connaîtra une destinée certainement plus envieuse ! Les Sud-Américains n’ont en effet pas lésiné sur les moyens avec cette publication digne des grands disques de My Dying Bride au milieu des années quatre-vingt-dix. Si le propos n’est pas novateur, les compositions subjuguent pour la plupart par leur construction intelligente et intelligible. La variété des approches – alternances entre voix claire et voix death, passages ambient (« Spectral Ocean ») qui succèdent à des attaques dures et lourdes (« Starmaker ») – amplifie encore ce sentiment. Les longues pièces telles que « The Bell and The Solar Gust » ou « Aphelion Aura », avec ses chœurs féminins du plus bel effet, ne montrent aucun signe d’essoufflement créatif. Avec une excellente production à la fois lourde et claire, voilà un album digne d’éloges, à écouter notamment lorsqu’une occasion en or vous passe sous le nez. 7/10

 

Les Eternels

Il est un peu déprimant d’écrire une chronique du dernier album en date de Mar De Grises, Streams Inwards. Non pas qu’il soit décevant. Là-dessus, on peut dire que cet opus présente de bonnes cartes pour convaincre. Mais bon, voilà : c’est sûr qu’en faisant du doom/death – mélodique certes avec même des tendances progressives -, on ne peut pas s’attendre à recevoir des critiques pétant le feu pour célébrer la joie de vivre. Parce que lorsque l’on explore durant un album entier la tristesse et l’accablement mélancolique, il faut bien s’attendre à payer ensuite le cercueil et les bougies qui vont avec. Non, Mar De Grises n’est pas ce qui ce fait de mieux – ou de pire, tout dépend de votre point de vue – en matière de spleen dépressif. Comprenez que l’on ne plonge pas tout à fait encore dans des abymes insondables : on peut dire qu’il reste de la marge. Néanmoins, on enchaîne les morceaux mid-tempo voire carrément down-tempo. La tortue du groupe est élue à l’unanimité “Catatonic North”, qui porte bien son nom comme vous pouvez le constater. A été exclue du vote “Spectral Ocean” qui officie d’avantage dans un registre ambiant et qui bénéficie donc d’une dérogation spéciale. Entre deux coups de caisse claire, les atmosphères sont bien entendu contemplatives avec parfois des pics de dynamisme lors des interventions du chanteur, qui pousse l’audace jusqu’à laisser poindre une note de désespoir incommensurable. Les morceaux sont très mélodiques et de ce point de vue-là très réussis. La meilleur expression pour décrire ces ambiances reste encore le nom même du groupe, dont une tentative de traduction pourrait être «Mer de Grisailles» ou «Mer de Peines» pour les non-hispanisants. Trop lourdes pour être qualifiées d’aériennes et pourtant coulantes dans la manière de se mouvoir, les entités que l’on s’imagine voir évoluer en musique sont océaniques, graves et tristes. Dans cet espace immense, sans fonds de sable, sans récifs ni firmament pour délimiter l’infini de cette tristesse. La même impression que l’on ressent lorsque l’on a commencé à s’enfoncer et que l’on découvre combien l’âme est un réceptacle sans commune mesure à toutes les idées grises et noires que l’esprit projette. “Starmaker” nous plonge instantanément dans le bain. Le début de l’album nous réserve deux digressions en terme de tempo avec “Shining Human Skin” et “The Bell and the Solar Dust”. Prenez garde avec ce troisième titre car il s’agit du morceau le plus rapide composé par les Chiliens sur cet album. A écouter avec modération donc. Les grognements et les hurlements restent flous, ce qui ne gêne pas outre mesure puisque ce sont les guitares qui grosso modo mènent chaque morceau. Et les mélodies sur l’album tout entier, à vrai dire. On distinguera parfois aussi quelques lignes de chant clair – globalement minoritaires mais parfaitement audibles sur les couplets quasi-murmurés de “Catatonic North” et qui participent pertinemment aux variations d’atmosphères. Car bien que le chant grogné apporte indubitablement aux compositions la touche la plus assombrie possible, il reste en tant que tel en second plan dans la qualité de la musique. Dans ce contexte, le titre bonus “Aphelion Aura” dont la chanteuse invitée explore des tonalités vaporeuses et mystérieuses, flirtant parfois de loin avec des sonorités orientales dans la voix, presque mystique sur un accompagnement légèrement dissonant, se révèle extrêmement intéressant. Ce morceau a une personnalité très différente des autres titres de l’album. Paradoxalement peut-être, c’est ce titre-là, ce morceau bonus, qui restera le coup de cœur de Streams Inwards. Et pourquoi pas, laissons-nous un instant espérer, un bon présage pour une prochaine production ? Globalement, Streams Inwards est un bon album qui remplit amplement son contrat de base. A force de contempler les mêmes émotions grises, on se perd parfois en milieu de morceau et on se retrouve dans une sorte d’entre-deux léthargique. Mais à qui veut écouter ce genre de musique, il s’agit bien-là du strict minimum. Pour les autres amateurs d’atmosphères ambient influencées progressives, le calibre est correctement réglé.

 

Music Waves

Bien que découvert en même temps que d’autres pourvoyeurs en spleen (les masochistes Tyranny, Pantheist, My Shameful ou Until Death Overtakes Me) signés eux aussi chez Firebox, celui qui est alors considéré, à juste titre, comme l’épicentre d’un tsunami funéraire, Mar De Grises s’est cependant toujours différencié de ses compagnons de douleurs par une approche plus luxuriante de ce qu’on a baptisé le Funeral Doom, chapelle dont il a très tôt cherché à briser les murs. Le fait que le groupe soit originaire du Chili, et non pas de Finlande, comme un grand nombre de hordes suicidaires, n’est d’ailleurs peut-être pas étranger à cette singularité. A cette liberté également.  En 2004, l’incroyable The Tatterdemalion Express libérait les tentacules d’une musique certes enveloppée dans un brouillard dépressif, mais dont la capacité à bourgeonner en grappes atmosphériques lui conférait déjà une identité bien marquée. Quatre ans plus tard, Draining The Waterheart enrichissait le son du groupe de teintes par moment franchement progressives, mariage étonnant avec un substrat toujours aussi tragique. Streams Inwards, première collaboration des Chiliens avec Season Of Mist, poursuit l’exploration d’un Doom évolutif et protéiforme qui n’a plus de funéraire que le nom quand bien même Mar De Grises continuent de façonner une cathédrale de désespoir. Mais, toujours à sa manière, atmosphérique, dense et mangeuse d’espace. Ainsi, dès les premières mesures du poignant “Starmaker”, son empreinte est tout de suite reconnaissable, notamment la toile que tissent les guitares de Sergio et Rodrigo, dont chaque fil est une note de tristesse infinie. Néanmoins, l’architecture a encore évolué depuis Draining The Waterheart. Celle-ci se révèle plus aérée, plus mélodique sans doute aussi. Avec “Shining Human Skin”, on constate qu’un gros travail a été consenti au niveau du chant. Avec maîtrise, Juan Escobar aligne grognements caverneux et voix claire chargée de regrets et de pardon, sentiments que soulignent les nombreuses nappes qu’étendent des claviers sur lesquels s’arc-boutent aussi une bonne partie de l’édifice. Succédant à ces deux titres assez ramassés, “The Bell And The Solar Gust” s’étire sur plus de onze minutes; long voyage stellaire aux ambiances multiples mais toujours désespérées (quel final à vous faire pleurer tous les larmes du corps). Précédé d’un instrumental de toute beauté, hypnotique et déchirant aux confins de l’Ambient (“Spectral Ocean”), “Sensing The New Orbit”, plus accessible, ouvre une pause qui s’achève avec la respiration intimiste “Catatonic North” qu’enténèbre toutefois une gorge profonde. Car, “Knotted Delirium”, parasité par des kystes sonores étranges, amorce ensuite la descente finale qui atteint les profondeurs de la mines de charbon lors de la marche funèbre “A Sea Of Dead Comets”, conclusion bouleversante, et malgré tout presque contemplative, d’une spirale que les thèmes cosmiques n’empêchent jamais de s’abîmer dans un océan tragique et beau à la fois. Enrichi d’une piste complémentaire, guidée par une chant féminin à la The Gathering, de plus de neuf minutes qui se coule admirablement dans le menu originel au point de prétendre en être une pièce à part entière, Streams Inwards confirme l’inspiration foisonnante de ses auteurs visionnaires épris d’Absolu qui, tout en conservant leur identité, ne cessent de travailler leur art. Essentiel ! 8/10

 

Soilchronicles

Septembre. Nous y voila. Déjà, les journées raccourcissent, le règne solaire décline ; les premières chutes automnales ne tarderont guère et la nature se prépare à troquer sa robe colorée pour une toilette aux teintes cuivrées. Ainsi en est-il de l’imperturbable et perpétuel cycle des saisons. Et Mar De Grises, s’y référant, se teinte lui aussi d’ocre et de brun pour l’occasion, nous revenant à point nommé pour célébrer la fin de l’été. Faisant suite à l’acclamé « Draining The Waterheart » (2008) et à sa tête de lama mortifié, ce « Streams Inwards » que nous offrent les doomeux de Santiago (Chili), se présente une fois de plus comme un recueil typique de ce doom-metal mélodique dont eux seuls (ou presque) ont le secret. N’y allons pas par quatre chemins : passé maître en la matière grâce à leurs deux précédentes réalisations et dorénavant souvent cité parmi les références du genre, le quintet, enfin stable, nous livre une nouvelle pièce en huit actes d’excellente qualité. Dès les premiers accords de ‘Starmaker’, l’auditeur familier se retrouvera en terrain connu et ne devrait pas peiner à reconnaître la griffe de la formation : du doom donc, tour à tour mélancolique et rageur mais toujours très mélodique, soutenu par de nombreuses nappes de claviers et rehaussé de ce qu’il faut d’accélérations death nécessaires à briser l’aspect monolithique de la chose. Et pourtant, malgré cette immobilité apparente, la Mer de Gris ne reste pas immuable face à l’incessant cycle des marées, s’agitant, se métamorphosant au gréé des nouveaux éléments dont elle pare sa musique. Les trois premières pièces donnent le ton : exit, les plans atmosphériques et les ambiances glauques à souhait, le nouveau visage des chiliens se veut moins visqueux, plus lisse mais aussi plus direct, se rapprochant incontestablement d’autres formations de death-doom de qualité mais plus calibrées telles que Swallow The Sun, pour n’en citer qu’une. Sans tomber pour autant dans la facilité, la musique du combo se fait tout de même plus accessible, moins imperméable : les structures, à la progression crescendo jusqu’à une explosion finale débridée et sans retenue, deviennent plus concises (généralement entre 5 et 6 minutes), sachant aller à l’essentiel sans se perdre dans les méandres de cette noirceur marécageuse et poisseuse d’antan. Mais n’était-ce pas non plus ce qui faisait son charme ? Néanmoins, toute mutation n’est pas foncièrement mauvaise, pour peu qu’elle soit bien amenée et appropriée à l’œuvre dans sa globalité. La preuve avec ce chant clair de qualité moins timoré qu’auparavant, qui s’affirme en prenant le pas sur les parties gutturales. Au rang des agréables surprises également, nous pourrons noter que les chiliens se laissent prendre au jeu des expérimentations sur la fin de l’opus, tel ce ‘Knotted delirium‘ au piano dissonant (l’ombre d’Arcturus y plane), plus expérimental, qui devrait en surprendre plus d’un. Mais certainement pas autant que les heureux possesseurs de l’édition digipack qui se voit clôturée par un morceau bonus bien à part puisque des vocalises féminines, qui combleront les amateurs de The Gathering et de feu The 3rd And The Mortal, y font leur apparition. Un titre dénotant un peu avec le reste de l’opus mais néanmoins de qualité, qui achèvera l’album sur une note des plus positives mais sans doute aussi des plus énigmatiques. Alors ? Future orientation musicale ou simple évasion artistique ? Bien malin qui pourrait l’affirmer. En tout cas, voici un bon album de doom-mélodique, proposant de réelles évolutions et une prise de risques certaine pour un groupe bien établi dans son style. Une prise de risques qui ne sera pas forcément acclamée par les fans de la première heure parfois plus intransigeants, mais qui prouve la réelle volonté du groupe à se remettre en question en abordant sa musique sous un nouvel angle. 7/10

 

Ultrarock

La réussite d’un label ne se chiffre pas exclusivement sur le nombre de ‘bigsellers’ présents sur son catalogue. Si économiquement parlant il faut bien reconnaître qu’à l’heure actuelle il est quasiment impossible pour un label de survivre sans les sorties de quelques grosses pointures, certains n’ont pas abandonné la motivation initiale qui les a poussé à se lancer dans ce dangereux business et continuent à nous proposer des sorties qui si elles ne battront jamais les records de vente, possèdent des qualités artistiques qui doivent combler les personnes qui ont décidé de prendre le risque de les signer. Mar de Grises fait partie de ces groupes qui forcent le respect. Je mentirais en affirmant que j’ai toujours été un fan inconditionnel des albums du groupe et il y a dans les neuf plages proposées sur «Streams Inwards» pas mal d’arrangements / passages qui ne me font pas vraiment bondir au plafond. Il est cependant impossible de ne pas apprécier l’équilibre fragile mais toujours maitrisé dont font preuve les compositeurs de Mar de Grises. Le groupe ne fait pas dans la facilité et son doom metal rehaussé de titres (surtout en début d’album) orienté death mid tempo doit souvent paraître hermétique aux auditeurs non-avertis. Même si «Streams Inwards» me parait un rien plus accessible que son prédécesseur, il n’en demeure pas moins un album qui requiert une disposition d’esprit et une sensibilité particulière pour être complètement apprécié. L’interaction ressenti / environnement extérieur reste un thème que Mar de Grises développe dans ses compositions et que le groupe provoque également chez ses auditeurs. Chacun en ressentira une portée différente mais que l’on aime ou non l’univers musical de «Streams Inwards» on ne peut que s’incliner devant une telle volonté de délivrer une musique hautement émotionnelle où la volonté de ‘toucher’ prime sur le besoin de convaincre.

 

Kaosguards

Qui d’entre vous fut marqué, touché, interloqué et qui a frémi en découvrant ce groupe du Chili avec ces guitares amples et mélancoliques, ce chant plein de feeling et ces ambiances crépitantes, centrées sur les émotions emplies d’Ether ? Je reste persuadé qu’ils ne doivent pas se compter que sur les doigts d’une seule main. Auront-ils la force de transporter –une fois encore- leurs auditeurs, à la force de leurs cordes vibrantes ? Là, est la grande question et une des raisons de cette chronique. Gardant, une fois encore, un line-up solide en parfait état de marche et gravitant autour de leur inébranlable chanteur et claviériste Juan Escobar, cet album fait suite à l’album *Draining the Waterheart* qui s’était permis de quitter les rangs du Death Metal peu commun des débuts pour se permettre de dévoiler des apparats plus progressifs et c’est véritablement la donnée qui risque de désarçonner l’auditeur qui n’aura connu que le premier album du groupe.  Si on se permettait l’audace de coller un mot pour résumer l’intégralité de ce disque (en ce point, je m’arrête car je me rends compte du caractère périlleux et un peu insultant de cette entreprise : comment pourrait-on résumer ce condensé de mélancolie, de groove et d’émotion en un seul et misérable mot ? Voyez ce mot plutôt comme une main altière qui passe au travers de la brume opaque qui vous entoure, vous enjoignant à faire le pas et en promettant que vous serez sous bonne garde pendant cette traversée à la fois étrange et fabuleuse), ça serait, sans hésitation aucune, le mot, fluidité. Tant par l’aspect cohérent et coulant dans le passage entre deux titres, que par l’amplitude des textures instrumentales (on sent que celles des guitares ont vraiment été travaillées plus que de raison pour en faire sortir la toute-finesse et les harmoniques agréables à l’oreille (« Shining Human Skin »). Entendez, sur « Knotted Delirium » ces dissonances opiacées qui évoquent un cerveau cherchant des monceaux de réalité pour se raccrocher, à la sortie d’un rêve, à quelque chose de tangible), et la profondeur de la voix qui est tout simplement enjôleuse et onirique. Tout cela ne veut pas pour autant dire que MAR DE GRISES ait tiré un trait sur le Metal extrême qu’ils jouaient auparavant (dans leurs évolutions, ils me font penser à OPETH). Il y a toujours des grunts bien sentis (« Sensing the New Orbit ») et des parties de double instillant des onces de dynamisme qui donnent envie de nourrir ses yeux de bans de brouillard grands et intimidants comme des océans ou des tempêtes de neige avec ses sifflements qui annoncent l’arrivée de l’hiver. Il faut juste accepter l’évolution de MAR DE GRISES, essayer de percevoir, tenter de voir au-travers du voile. Peut-être sont-ils devenus plus accessibles ? Plus doucereux ? Plus faciles à l’écoute ? Peuh ! Futilité que tout cela ! Ils n’ont pas perdu la capacité de communiquer, de faire rêver, d’évoquer et d’agrandir les yeux de l’auditeur pour lui faire percevoir des paysages qu’ils ne voyaient pas quand le disque ne tournait pas. C’est là que se trouve l’essentiel de leur qualité ! Je me souviens quand j’avais écouté ce disque au casque, pour la première fois, cela m’avait donné l’impression d’être dans une étendue d’eau, couché sur le dos, le sens de l’audition amoindri par l’eau dans les canaux auditifs et le regard rivé vers le ciel étoilé. Assis dans mon fauteuil, je ne percevais plus le monde gris autour de moi, il n’y avait que ces arabesques de couleurs profondes et de volutes fascinants de part et d’autre. Mon cerveau n’entendait plus mes soucis coutumiers et mes petites angoisses communes. Tout était neutralisé. Le cerveau était devenu sourd à ces petites commères qui susurrent le déclin et le trépas, à chaque seconde de l’existence. Mes sens se déphasaient. Mes yeux entendaient les vibrations et mes oreilles voyaient les paysages se dessiner les panoramas qu’inconciemment, je ne faisais qu’ignorer, auparavant. Enfin ! Le voyage commençait !

 

L’Autre Monde

Mar des Grises, groupe chilien, est connu pour son doom original. Avec leur nouvel album Streams Inwards, Mar de Grises va encore plus loin. Tout en gardant une bonne base doom, le quintet se permet d’accélérer le tempo, pour finir à la limite du death atmosphérique. Ecoutez The Bell and The Solar Gust pour en avoir un bon aperçu, avec cette voix puissante et traînante qui s’appuie sur une batterie énergique et une guitare virulente. Cela étant, l’ambiance générale de Streams Inwards reste très sombre, comme il convient aux groupes de doom. Car c’est tout de même le cœur des compositions du groupe, ces titres relativement longs (plus de 5 min), sur lesquels les notes viennent s’échouer avec langueur. Certains pourraient dire que la musique du groupe est à l’image de la géographie de leur pays. C’est vrai que l’on peut facilement avoir en tête des rivages heurtés par les violents courants du cap horn (Spectral Ocean), ou de sommets vertigineux d’où l’on se jette pour apprécier les sensations de la chute libre au milieu des nuages et du froid (Sensing The New Orbit). Car vous retrouverez toutes ces couleurs dans la musique de Mar des Grises et bien plus encore. Mar des Grises est un très bon groupe de doom, qui ne cesse de surprendre par ses audaces, tout en sachant rester fidèle aux bases du style. Streams Inwards est une nouvelle confirmation de tout le bien que nous pensions du groupe.

 

 

GERMANY

 

Reviews

Metal Hammer 6/7 (September)

Rock Hard 7.5/10 soundcheck #20/57 (N°280 September)

Sonic Seducer

Heavy 10/12 (N°130 Sept Oct)

Zillo (February 2011)

Metal.tm tba

www.powermetal.de/review/review-16803.html 9/10

www.metal.de/cdreviews.php4?was=review&id=15120 9/10

www.metalnews.de/?metalid=05&action=show&cdid=4951 6.5/7

www.obliveon.de/pn-om/modules.php?op=modload&name=cdreviews&file=index&req=showcontent&id=16430 9/10

 

Interviews

Metal Hammer ½ page (October)

www.metal.de/stories.php4?was=story&id=1984

 

Metal Hammer

MAR DE GRISES

Streams Inwards

Doom Metal    6

Songwriting 6 + Sound 5 + Hörspaß 6  ø = 5,66

Doom aus Chile klingt fast so wie Doom aus Finnland: finster, gemein, intensiv. Das zumindest gilt, wenn Chiles Vorzeige-Doomer Mar De Grises zur Komaparty laden. Slow-Motion-Riffs gibt es auf STREAMS INWARD zwar kaum, dafür eine XL-Flasche Schnaps mit Rasierklingen drin. Musikalisch heißt das: Mid-Tempo-Songs mit zumeist surrenden Gitarren auf einem Doublebass-Gerüst, ein keifender Sänger, wütende Verzweiflung. Nach den ersten 20 Minuten voll Leid öffnet sich die Erde dann vollends – drei Minuten Soundscape, Langsamkeit, Störgeräusche und verblassende Klangfarben, bevor Song fünf die volle Breitseite gibt: Akustik-Part, aufschwellende Riffs, Klargesang im Kontrast zum Front-Gekeife, Abwärtsakkorde, einsame Lead-Gitarre, da geht alles. Und das Album ist gerade mal halb durch. STREAMS INWARD bedient zwar die meisten Erwartungen an Doom Metal, nimmt sich, was gerade gebraucht wird, aus den Standards, klingt aber angenehm eigenständig, abwechslungsreich und eben nicht nach der bekannten Candlemass-Schule, dem Funeral Doom-Trauerzug oder Drone-Experimenten – selbst wenn ein Song auch mal in elektronische Momente gebrochener Disharmonie verschwinden kann. Mar De Grises legen ein ungemein starkes Album vor, das zwischen Kerzen, Wein und Headbangen komplett überzeugt. Tobias Gerber

 

Rock Hard

MAR DE GRISES

Streams Inwards

Die Chilenen gehörten noch nie zu den Vertretern der reinen Doom-Lehre. Mittlerweile erweitert die Truppe ihre musikalische Basis aber immer mehr in Richtung Ambient und Postrock. Das ist bei Songs wie dem völlig düsteren Opener ´Starmaker´ oder dem verspielt postrockenden ´Catatonic North´ großartig. Andere Songs – wie etwa das nichtssagend und reichlich belanglos vor sich hin plätschernde Instrumental ´Spectral Ocean´ – sind hingegen völlig entbehrlich. Auf der grauen, mal mehr, mal weniger wild tosenden See wechseln sich Licht und Schatten des Öfteren ab. Fakt ist aber, dass die tollen und mitreißenden Momente nach wie vor in der Überzahl sind, so dass nicht nur eingefleischte Fans, sondern generell alle Supporter doomig-progressiver Klänge getrost einen Kauf in Betracht ziehen können. Andreas Stappert 7,5

 

Metal.de

MAR DE GRISES – Streams Inwards

Stil: Doom Metal

MAR DE GRISES sind kein unbeschriebenes Blatt mehr. Ihr Debüt “The Tatterdemalion Express” sorgte für enormes Aufsehen, und auch mit dem Nachfolger “Draining The Waterheart” ernteten die Chilenen durchgehend gute bis euphorische Kritiken. Nun sind MAR DE GRISES mit ihrem dritten Werk am Start, das auf den interessanten Namen “Streams Inwards” hört. Schon der Titel des Albums suggeriert introvertierte, mitunter hypnotische Klangwelten und so ist es in der Tat. “Starmaker” beginnt sphärisch und tieftraurig, um sich dann zwischen raffinierten Staccatoriffs und jazzigen Bässen zu einem extrem ergreifenden Doom-Metal-Glanzstück aufzuschwingen. Heiseres Gekreische thront über den elegischen Gitarrenmelodien, und es fällt mir nicht schwer die eisige Dramatik Feuerlands oder die karge, lebensfeindliche Weite der Atacama-Wüste vor mir zu sehen. Mit “The Bell and the Solar Gust”, dem dritten Titel des Albums, liefern MAR DE GRISES ein Vorzeigeexemplar ihres Könnens. Die Art, in der sie hier ausschweifende Bildgewalt inszenieren, um dann über den Umweg schwerer Gitarrenwände zu einem wehmütigen Abschluss zu finden, ist erste Klasse. Leichte Kost ist “Streams Inwards” nicht, das Album verlangt nach Auseinandersetzung, ist zuweilen sehr niederschlagend und offenbart seine größten Perlen hinter seinen achtsam verwobenen Harmonien, seinen progressiven und ambientalen Anleihen und überraschenden Nuancen. Produktionstechnisch haben MAR DE GRISES auch noch mal einen ganzen Zacken zugelegt, so dass jede Feinheit im Sound ihren würdigen Platz findet. Die Chilenen klingen weit unwirklicher und ungreifbarer als noch auf den Vorgängeralben und ihr gereiftes Songwriting stellt eine beeindruckende Entwicklung zur Schau. Wer Freude an sorgfältig ausgearbeitetem, unkonventionellem und inspiriertem Doom Metal ohne typische Herzschmerz-Tendenzen (oder gar weinerlichen Kitsch) hat, sollte hier dringlichst reinhören, sofern er denn MAR DE GRISES noch nicht kennt. Punkte: 9/10 (Yannick.Lengkeek / 06.08.2010)

 

Powermetal.de

Die Essenz des Doom Metals

Welche Freude haben uns MAR DE GRISES in der Vergangenheit bereits mit ihren epischen Werken beschert. Der düstere Doom, den die Chilenen seit Jahren auf höchstem Niveau zelebrieren, gehört zur Speerspitze des kreativen Finsterwerks, leider aber immer noch nicht zu den verkaufsschlagern in der Szene. Warum sich dies künftig ändern sollte, dokumentieren die Südamerikaner auf ihrem neuen Epos “Streams Inwards”, ihrem bis dato zweifellos besten und hypnotischsten Album. So elegant, brillant und ergreifend wie in diesen acht Tracks hat man die melodische Fassung des epischen Dooms selten zu hören bekommen! Doch bevor hier gleich alles vorweg genommen wird, erstmal ein Blick auf die Tracks, die allesamt auf Überlänge zusteuern und sich individuell reichlich Zeit nehmen, um ihren gigantischen, erhabenen Komplex aufzubauen. ‘Starmaker’ zieht bereits am Start alle Register, lässt sich auf der Welle der sanften, dezenten Keyboards tragen, bietet hier und dort Eruptione n, hebt sich die Spannung jedoch bis zur letzten Sekunde auf, um dort in einem stillen Crescendo noch einmal richtig aufzublühen. Das ist unspektakulär im Hinblick auf die Instrumentierung, aber definitiv spektakulär, wenn man die Effizenz der Inszenierung ins Auge fasst. Ähnlich wirkkungsvoll zelebrieren MAR DE GRISES die Dunkelheit in den kommenden Stücken, wobei hier ab und an doch ein wenig mehr tasteneinsatz gefordert ist, jedes Mal jedoch zum Wohle des Songs. Die Chilenen kommen erst gar nicht auf die Idee, zu kleistern oder einzelne Passagen mit wabenden Keyboards zuzuballern, sondern demonstrieren der Konkurrenz, wie man die melancholischen Pianos zielgerichtet in den Kontext eines lang gezogenen Epos’ bringt. Stark ist dies vor allem in ‘Shining Human Skin’, überragend ist es hingegen im schwerfälligen ‘Spectral Ocean’, dem womöglich eindrucksvollsten Stück auf “Streams Inwards”. In der zweiten Albumhälfte manifestieren sich dann verstärkt die psychedelischen Elemente, vorzugsweise im leicht experimentell gehaltenen, anfangs auch schwer greifbaren ‘Knotted Delirium’, bei dem die Antithese zum Mainstream kaum deutlicher formuliert sein könnte. ‘A Sea Of Dead Comets’ setzt diesbezüglich sogar noch einen drauf, nagelt alle bis dato gehörten Inhalte an diesen einen Song fest und ist definitiv die abwechslungsreichste Komposition auf “Streams Inwards”. Doch das Ende naht hier noch nicht, zumindest für diejenigen, die sich für das limitierte Digipak des Albums entscheiden. Dort findet man mit ‘Aphelion Aura’ noch einen stimmungsvollen Killer-Song, dessen Nichtbeachtung bei der regulären Version schon einige Fragen aufwirft. Qualitativ ist er eines der vielen Highlights dieser Platte! Ein Höhepunkt ist “Streams Inwards” aber in allen Belangen: MAR DE GRISES greifen hier in kreativer Hinsicht nach den Sternen und stellen ihre Underground-Ausnahmestellung einmal mehr unter Beweis. Von daher wäre es ein Frevel am ehrwürdigen Doom, dies nicht weiter zu beachten – denn wie bereits vorab angedeutet: Noch eleganter und sphärisch dichter kann man diese Musik kaum vertonen! Anspieltipps: A Sea Of Dead Comets, Shining Human Skin, Spectral Ocean Björn Backes Note: 9.0 / 10

 

Metalnews.de

Band: Mar de Grises

Album: Streams Inwards

Genre: Doom Metal, Prog-Metal

Bewertung: 6.5 von 7

“An der schönen, blauen Doomau!”

MAR DE GRISES haben ein Händchen für passende Momente. Denn was gibt es für den Teilzeit-Sozialphobiker und Schreiber dieser Zeilen schöneres, als sich bei Sonnenschein im verdunkelten Zimmer mit Nordfenster zu verkriechen und sich durch mehr oder weniger dröge Lautwandelerscheinungen vom Indogermanischen bis zum Neuhochdeutschen zu wühlen? Richtig, schöner kann eigentlich nur das Verkriechen in epischem, düster-melancholischem Death-Doom aus Chile sein. Während andere es vorziehen, draußen ihre Nahrung auf glühenden Holzresten und sich selber auf glühendem Sand zu garen, rotiert hier zum wiederholten Male “Streams Inwards” – und das bei Weitem nicht nur aus Angst vor Sonnenbrand und zu Prokrastinationszwecken. Denn MAR DE GRISES haben hier einen ausgesprochen würdigen Nachfolger zum grandiosen 2008er Album “Draining The Waterheart” abgeliefert. Rein stilistisch hat sich nicht viel geändert. Nach wie vor mischen die Chilenen ihren Death/Doom aus Elementen zusammen, wie sie sich auch bei frühen OPETH, MORGION, SATURNUS und MY DYING BRIDE [vor allem zu Zeiten von “The Angel And The Dark River”] aufspüren lassen. Wieder türmen sich in den fast ausnahmslos überlangen Stücken Riffs zu hohen Brechern auf, durch deren Kämme wie lange Seegrasfasern die oft minimalistischen, eben dadurch aber hypnotisierend wirkenden Melodien treiben. Und wieder bringen Stücke wie “Starmaker”, “Shining Human Skin” und “Sensing The New Orbit” den Hörer dazu, sich treiben zu lassen. Das MAR DE GRISES auch auf “Streams Inwards” eine für atmosphäreträchtigen Doom Metal geradezu verschwenderisch anmutende Musikalität an den Tag legen, dürfte wohl niemanden überraschen, der sich die Vorgängerwerke mehr als zweimal angehört hat. Doch auch auf dem neuen Werk der Südamerikaner muss man zunächst einige Male durch den Fluss der wunderbar zusammenpassenden Songs driften, ohne nach Anhaltspunkten greifen zu können. Dazu gehört auch, dass man abschweift, sich nicht durchgehend auf “Streams Inwards” konzentriert, nicht immer gleich gut zuhört – und daher Gefahr läuft, sich in den scheinbar uferlosen Epikmonstern von MAR DE GRISES zu verlieren, keine Konturen mehr wahrzunehmen und vorschnell seichte Wasser aufzusuchen. Wer sich nach den ersten zwei, drei Durchläufen von “Streams Inwards” bei dem Gedanken ertappt, das alles klinge zwar “nicht schlecht aber ziemlich gleich”, der muss aufpassen. Denn tatsächlich sind die Unterschiede zwischen Liedern wie “The Bell And The Solar Gust”, “Knotted Delirium” oder dem mit weiblichem Gastgesang veredelten Bonusstück “Aphelion Aura” beträchtlich. Lediglich gleich gut sind sie alle. Statt also draußen eurem Hautkrebs bedenklichen Vorschub zu leisten oder euch in dröge Lautwandelerscheinungen zu verbeißen solltet ihr euch den Gefallen tun und euch mit oder ohne mentale Schwimmhilfe den tiefen, dunklen Doom Metal-Strom namens “Streams Inwards” hinuntertreiben lassen und seine Strömungen lesen lernen. Lennart Riepenhusen [Grim_Rieper] | 20.08.2010 | 19:31

 

Sonic Seducer

Mar De Grises

„Streams Inwards“

(Season Of Mist/Soulfood)

Ärgerlich eindimensional melancholischen und diffus-progressiv angelegten Post Doom Death Metal kreierten diese Chilenen für ihre neue und bereits dritte Albumscheibe; acht Songs, einer langatmiger und uninspirierter als der andere. Der eine oder andere wohl gesonnene Hörer wird hierzu konstatieren, dass den pseudo-verträumten Machwerken des exotischen Tragikerquintetts „doch eine ganz gewisse abgründige Schönheit“ innewohnt, doch für mich als langjährigen Doom-Kenner gebricht es auf „Streams Inwards“ ganz einfach an selbst ansatzweise hörenswerten Momenten. Rein gar nichts sticht hier auch nur irgendwie heraus, sondern alles wälzt sich auf einer scheinbar einzigen desolaten Stimmungsebene ab – ohne Höhepunkte, ohne Niederlagen, letztlich auch ohne Seele. Sie geben sich zwar redlich Mühe, um im Rahmen stilistischer Möglichkeiten einigermaßen variantenreich zu sein beziehungsweise zu bleiben – doch was nützt denn dies am Ende, wenn man sich trotz spitz aufgestellter Lauscher hinterher an überhaupt nichts mehr erinnern kann? Ich will ganz ehrlich sein: „Streams Inwards“ ist mit das Langweiligste, was mir jemals im gesamten Doom-Bereich zu Bewusstsein kam. Markus Eck

 

Heavy

MAR DE GRISES

Streams Inwards

Season Of Mist/Soulfood – Stil: Doom Metal

Nachdem zwischen Album eins und zwei satte vier Jahre lagen, wollen es MAR DE GRISES jetzt wohl wissen! Schlappe zwei Jahre nach ‘Draining The Waterheart’ liegt mit ‘Stream Inwards’ das dritte Album der Chilenen vor. Und wie schon auf dem Vorgänger glänzen MAR DE GRISES mit ausgefeilten, dynamischen Doom-Klängen, die Herz und Seele erwärmen. Kaum eine Band der Doom-Szene versteht es so gut wie das Quintett, melodische Gitarren mit mal brachialen, mal klaren Gesangsstrukturen zu versehen und entsprechend auch die Rhythmik zu variieren. So bleiben die Songs stets abwechslungsreich – wohlgemerkt ohne aufgesetzt oder konstruiert zu wirken. MAR DE GRISES sind Könner ihres Fachs und in meinen Augen der nach wie vor größte Geheimtip im Sektor Doom. Zeit, das zu ändern und der Band den nächsten Schritt zu ermöglichen! Andreas Reissnauer (10 Punkte)

 

Oblivion.de

MAR DE GRISES

STREAMS INWARDS (47:07 min.)

SEASON OF MIST / SOULFOOD Jaja, es ist eine Weile her, seit dieses wunderbare Album veröffentlicht wurde. Aber es ist schließlich nie zu spät, wahrer Schönheit zu huldigen. Der neben Procession wichtigste Doom-Export Chiles ist schon aufgrund ihrer Genre-Schublade zu einem Underground-Dasein verdammt: mit kompromisslos avantgardistischem Doom-Death ist noch niemand wirklich reich geworden. Wobei man bei wahrer Avantgarde mit allzu leichtfertigen Kategorisierungen selbstredend vorsichtig sein muss. Mar De Grises bedienen sich wie schon auf den beiden Vorgängern „Tatterdemalion Express“ und „Draining The Waterheart“ (muss man ebenfalls haben) neben dem Doom Death-Grundrezept einer Vielzahl an Zutaten, um ihren Hexenkessel geschmacklich zum Brodeln zu bringen. Gerade die einstigen Goth-Götter Fields Of The Nephilim (sorry, aber heute braucht man McCoys Carl wirklich nicht mehr) haben deutliche Spuren in der Gitarrenarbeit hinterlassen, und auch ansonsten streunt man durch die Musikgeschichte getreu der Maxime: düster ist am Schönsten. Die überlebensgroßen Klangkathedralen der Südamerikaner erreichen ihre geradezu beängstigende Intensität durch eine unvergleichliche epische Breite, die dadurch entsteht, dass Keyboards und Gitarren nahezu gleichberechtigt Stimmungen hervorrufen dürfen. Nicht umsonst ertappt man sich häufig bei dem Gedanken, Pink Floyd hätten, wären sie heute aufeinander getroffen, anstelle von „Piper At The Gates Of Dawn“ eben „Streams Inwards“ kreiert (lauscht bloß „Knotted Delirium“). Die breitwandigen, cineastisch anmutenden emotionalen Trips werden immer wieder durch knackig zupackende Breaks aufgelockert („The Bell And The Solar Gust“); zudem arrangiert man heutzutage reduzierter denn je. Und wie es sich für wahre Schönheit nun mal gehört, greifen Worte auch hier teilweise zu kurz: geschmeidige Klangkaskaden wie „Shining Human Skin“ oder das Mollakkord-Wunder „Sensing The New Orbit“ erschöpfend beschreiben zu wollen, verbietet sich schlicht. Die Stücke klingen wie vernunftgesteuerte LSD-Abfahrten, dringen immer wieder tief ins Unterbewusstsein vor um am Ende immer wieder Licht überflutete elysische Felder zu hinterlassen. Pure in Musik gegossene, hoffnungsschwangere Melancholie, in den nicht seltenen ganz großen Momenten gar Poesie. In derartige Sphären dringen ansonsten nur noch Virgin Black vor. Deswegen: eines der wichtigsten extremen Alben des Jahres. Mit Geduld ausgestattete Fans von Swallow The Sun, Virgin Black oder My Dying Bride sperren die Ohren (gerne unter Kopfhörern) allerspätestens jetzt kilometerweit auf. 9/10 – PM (Gastautor)

 

 

HUNGARY

 

Reviews

HammerWorld 8/10 (N°229 November)

 

 

IRELAND

 

Interviews

http://tomboftheopinionated.wordpress.com/2010/10/21/mar-de-grises/

 

 

ITALY

 

Reviews

Rock Hard 8.5/10 (September)

Ritual (N° 45)

Rockerilla 8/10 (N°362 October)

www.metalitalia.com/cds/view.php?&cd_pk=9145 7.5/10

Metal Maniac 8/10 (October)

Inferno Rock 8/10 (N°1 October)

 

Interviews

Ritual (N° 45)

 

Rock Hard

MAR DE GRISES

Streams Inwards

Dopo un paio di album per la russa Solitude Productions, i Mar De Grises fi rmano per Season Of Mist e sfornano il loro terzo album, Streams Inwards. In occasione del precedente Draining The Waterheart, i fan della band cilena erano rimasti perplessi di fronte ad una virata prog che aveva portato con sé un alleggerimento nel sound e nelle atmosfere rispetto al debut The Tatterdemalion Express, puro esempio di doom/death melodico. Ma se già allora c’era poco di che essere scontenti, oggi nessun ascoltatore di buon senso potrà avere da ridire di fronte ad un album semplicemente magnifi co. Streams Inwards si lancia in tante direzioni diverse, con l’unica costante di restare emotivamente coinvolgente, pur rifuggendo da cliché gothic o dalla facile imitazione degli Opeth. I brani sono tutti tremendamente drammatici nel loro sviluppo, zeppi di epici crescendo, melodie sontuose e un’ottima alternanza tra clean e growl vocals (The Bell And The Solar Gust, Starmaker). E se Catatonic North è una romantica ballata di classica scuola My Dying Bride, i misteriosi e apocalittici panorami avant-prog del capolavoro Knotted Delirium sono tutta farina del sacco dei Mar De Grises. L’afflato cosmic di Sensing The New Orbit e A Sea Of Dead Comets conferma l’impressione che la band è nel bel mezzo di un viaggio astrale assolutamente da seguire. Luciano Gaglio 8,5

 

Ritual

MAR DE GRISES

‘STREAM INWARDS’

Spirito e materia

I cileni Mar De Grises sono un caso solo per coloro che non riescono ad andare oltre l’apparente doom di proposte dozzinali per palati grossi. Se ‘Draining The Waterheart’ aveva infatti lasciato presagire una maggiore profondità compositiva, una più accurata dose di libertà e dinamismo, con ‘Streams Inwards’ avviene il compimento della band che, ora più che mai, ha allargato gli orizzonti di uno scrivere che da istintivo è divenuto ragionato, cerebrale. Ciò che per molti è sinonimo di furbizia e decadimento, per i Mar De Grises è maturità pura e semplice. Ascoltare ‘Shining Human Skin’ e non sentirci i migliori Anathema (quelli di ‘Eternity’, per intenderci) vuol dire non comprendere la profonda progressione che i cileni non fanno che assecondare e fare propria. Il doom drammatico, nero, melodico, sofferto, dilaniato di ‘Stream Inwards’ ha lo stesso peso espressivo di ‘From Her To Eternity’ di Nick Cave. Generi diversi, è vero, ma stessa, identica, brillante materia. (Alex Franquelli)

 

Metalitalia.com

MAR DE GRISES – Streams Inwards

Recensione di Marco Gallarati

Vi ricordate i Mar De Grises, la band cilena che propone un death-doom metal atmosferico e tristerrimo? Due anni fa, i ragazzi di Santiago del Cile ci avevano ammaliato parecchio con “Draining The Waterheart”, ora tornano in pista con il nuovo – e stupendo! – “Streams Inwards”. Passati dalla più di nicchia Firebox Records all’ottima Season Of Mist, Juan Escobar e compari tentano il colpaccio verso le alte vette del death-doom lasciandosi alle spalle le influenze prettamente britanniche e concentrandosi maggiormente sui richiami scandinavi e soprattutto post- del loro suono, senza però dimenticare un tocco di ultimi Anathema qua e là e prendendo spesso i nostri Novembre come principale punto di riferimento – il pezzo “Sensing The New Orbit” è particolarmente indicativo in questo senso. La musica del quintetto si è quindi fatta leggermente più orecchiabile, più che altro per chi è ben abituato ad emozionarsi con gli incedere fluidi ed ipnotici dei Katatonia di metà carriera e con le melodie strazianti delle band finniche, Swallow The Sun e Ghost Brigade su tutte. Il trio di brani che apre il lavoro è letteralmente strepitoso e non ci pare di scrivere amenità se vi diciamo che, assieme a “A Sea Of Dead Comets”, bastano le tre tracce iniziali per approvare la validità e l’acquisto di “Streams Inwards”. Lo screaming disperato ed il docile pulito di Escobar ci proiettano tosto in abissi di dolore atavico, mentre le chitarre di Rodrigo Morris e Sergio Alvarez dipingono un rifframa malinconico, melodico ma quasi sempre anche epico e potente; non da meno è la sezione ritmica Galvez/Arce, che si ricama, nel tessuto dei brani, solenni momenti di respiro e atmosfera; arrangiamenti curatissimi ed importanti inserti di tastiera, piano, synth ed elettronica donano la profondità ideale ad un lavoro che speriamo non passi inascoltato. “The Bell And The Solar Gust” è certamente il capolavoro dell’album, sotto tutti i punti di vista; nel suo proseguo, il platter perde un po’ in intensità e sentimento, a causa di episodi più sperimentali ed ostici da assimilare, come possono essere la semi-ballata “Catatonic North” o la complessa “Knotted Delirium”. Nell’insieme, però, non ci possiamo davvero esimere dal segnalarvi a pieni polmoni il ritorno di un gruppo quale i Mar De Grises, formazione che sa cogliere alla perfezione sensazioni alberganti in ognuno di noi e che, con l’autunno incombente, è giusto vadano espresse. Per fermarsi a riflettere e poi riprendere a sognare. Voto: 7.5

 

 

JAPAN

Reviews

Burrn! 70/100 (June 2011)

 

 

NORWAY

 

Reviews

Scream 5/6 (N°148 August)

Norway Rock 4/6 (N°54 Summer 2010)

www.heavymetal.no/show.article.asp?menuid=10&artid=12204&rid=4168 8/10

 

 

POLAND

 

Reviews

Metal Hammer 3/5 (N°232 October)

 

 

PORTUGAL

 

Reviews

Loud! 6/10 (N°119 08/2010)

Versus 9.5/10 Album of the Month (N°11 12/2010)

 

Interviews

Loud! (N°120 09/2010)

 

 

SLOVAKIA

 

Reviews

Rock Hard tba

 

Interview

Rock Hard

 

 

SWEDEN

 

Reviews

Sweden Rock 6/10 (N°74 September)

 

 

SWITZERLAND

 

Reviews

Metalworld (N°62 September)

 

 

UK

Reviews

Terrorizer 8/10 (N°200 summer 2010)

Zero Tolerance 4.5/6 (N°36 summer)

Powerplay 7/10 (N°124 September)

Metal Hammer 7/10 (N°209 September)

www.metalteamuk.net/july10reviews/cdreviews-mardegrises.htm

www.soundshock.com/index.php/cd-reviews/2764-mar-de-grises-stream-inwards-album-review-metal 9/10

 

Interviews

Terrorizer 1 page (N°201 September)

http://tomboftheopinionated.wordpress.com/2010/10/21/mar-de-grises

 

Advertisement

Terrorizer back cover (October)

Metal Hammer ½ page (November)

 

Metalteam.uk

Artist: Mar De Grises

Title: Streams Inwards

This is the third full-length release from astonishing doom/progressive band Mar De Grises, having already achieved much critical acclaim for their previous two albums. Admittedly, this is their third album in ten years, but it’s quality over quantity as far as I’m concerned – and as you’ll see, these guys follow the same philosophy. The band are natives of Chile; a country which doesn’t seem to boast any massive, commercial metal bands (as far as I’m aware…), instead there are some unique, dedicated underground bands who don’t feel the need to follow any trends, or play by anyone else’s rules. Mar De Grises are such a band, and the brand of doom (or post-doom as they describe it) they play is uniquely their own. Several words spring to mind when first listening to `Streams Inward’ – vast, epic, expansive, dramatic, overwhelming… It really is quite an incredible experience! There are many different layers to the music that hit you all at once; a drifting, dream-like melody at the higher end, reinforced with a wall of keyboards, some crushing low-end chords underneath, and a rumbling bass cradling the music in the depths. Gradually you become aware that the music has shifted, almost without you noticing, and you find yourself surrounded by strange, ambient noises and eerie acoustic passages. This is not progressive in the usual sense of the word – Mar De Grises don’t jerk from one awkward time signature to another, while throwing in a few random jazz passages to show how clever they are; instead this music creeps up on you, washes over you, and seeps into your consciousness. The progressions are rather like massive glaciers drifting and colliding on the arctic sea, slow, subtle, unhurried, but massive and dramatic nonetheless. All this is aided by a crystal clear production, in which every instrument shines; every intertwining note can be heard. My one criticism is that Juan Escobar’s vocals are not quite loud enough, seeming slightly buried underneath the immense music. When you can hear him, his harsh, agonised throaty growl adds an extra layer of bleak despair to the soundscape, and his singing voice is melodious, mysterious and melancholy (all the m’s!). It’s a real shame I haven’t got any lyrics with my promo copy – song titles such as `The Bell and the Solar Gust’ and `Catatonic North’ are especially intriguing, and as the vocals are slightly buried, it’s hard to pick out any subject matter. In terms of comparisons to other bands you may have heard of, it’s not easy – the closest I can get is maybe Opeth, in terms of the sheer size of their songs, and the atmospheric eeriness of their acoustic passages, and perhaps Maudlin Of The Well for their sheer creativity and avant-garde approach, but Mar De Grises really sound like themselves. For those of you who want something a little different, a musical experience of gargantuan proportions which you won’t soon forget, I would look no further than these Chilean maestros. Jon Butlin

 

Soundshock.com

MAR DE GRISES – STREAM INWARDS (9)

SEASON OF MIST

Few artists can pull off a perfect blend of entertainment value and originality, but these Chilean doomsters are a thrilling exception to the rule, offering up a toxic cocktail of innovation and ultra-heavy ear candy. Particularly in light of the quintet’s recent tour with genre pioneers Swallow The Sun, it’s all too easy to pigeonhole Mar De Grises as doom metal’s next big thing (if such a title even exists within this little- known niche). But while MDG share certain accents of sorrow with their Finnish brethren, ‘Streams Inwards’ is a fiercely unique beast that witnesses black metal, doom and electronica stirred up into an ambient brew of menacing distortion and skull-splitting violence. Though there’s plenty of grim, slow-burning pleasure to be had throughout, the band’s latest release is further enriched with explosive blasts of aggression, producing a sound that’s thick with tension and layer upon layer of alternately silken and ragged riffs. With dry-lung screams and monstrous guitars that buzz like a swarm of angry insects, ‘Starmaker’ is a deliciously dark affair in the vein of classic black metal. While Juan Escobar’s vocals are occasionally a little lacking in impact, the end result is one of hauntingly distorted proportions. These pitch-black atmospherics are most impressively brought to the fore in the electro-charged ‘Spectral Oceans.’ Recalling the early, desolate days of Anathema, its crushing riffs are flanked by tender keyboards and crackling electronic effects that smack of supernatural static. Chilling, elegant and bleak as hell, ‘Streams Inside’ is a truly magical work of impeccable modern metal. Reviewed by Faye Coulman ‘Streams Inwards’ is out now on Season of Mist You’ll like this if… you’re craving a doom overdose spiked with classic black metal.

Descargar musica